Prefectura Constanta

Consiliul Judetean Constanta

Guvernul Romaniei

Ministerul Administratiei

Asociatia Oraselor din Romania

 
Click pentru prognoza meteo ... 

  Primaria Harsova

  • str. Piata 1 Decembrie 1918, nr. 1, Harsova

  • cod postal: 905400

  • Tel. 0241.870.301

  • Fax 0241.870.300

Asistenta

Canarale

Casa de Cultura

.: Clique pour Photo Galerie :.

    .: Franςaise Briefing :.

 

Je pense que la Harsova  vaut la peine de la visiter, soit pour ses attractions touristiques, soit dans la perspective d’un développement économique, où, dans une ambiance fortement soutenue par l’autorité locale, les projets économiques peuvent prendre vie.

 

 

La ville de Harsova, située au nord-ouest du département du Constanta est une ville millénaire; cette année nous avons eu la satisfaction de célébrer 1900 ans d’attestation documentaire au bord du Danube et a la Route Européenne 60.

            Harsova a été et restera une ville typique de plaine, avec des activités agricoles, mais bien avec des possibilités de développement agricole. Harsova a aussi des ressources – d’eau thermale que se trouve dans la zone et qui n’importe quand peut faire de la concurrence aux fameux bains  de Herculane ou Felix.

Bien que pauvre en humidité l’agriculture de Harsova puisse représenter une prémisse du développement ultérieur de la ville. Egalement, la carrière de pierre de Harsova est une source de développement économique. En même temps, les autres activités liées au Danube, comme la pêche ou l’aquaculture, peuvent être généreuses dans notre ville.

            Je reviens et je dis que Harsova est une ville millénaire, l’ancienne cité de Carsium et un antique castrum Romain – une ville toujours pérenne.

            A travers une activité audacieuse de l’autorité et de la collectivité locales, la zone de Harsova  a acquit beaucoup des facilités fiscales, qui peuvent constituer de véritables points d’attraction  pour les possibles investisseurs. Ce paquet de facilités créé pour les zones désavantagées peut apporter des bénéfices à ceux qui désirent dérouler leurs activités dans cette ville. 

            Par la richesse archéologique existant autour de la ville de Harsova, la zone peut représenter une vraie tentation pour le tourisme culturel  et historique, car l’un de plus importants établissements néolithiques du sud-est de l’Europe s’y trouve.

Peu sont les endroits de Dobrogea – cette région chargée d’histoire – qui présentent un développement historique continue, du néolithique jusqu’au présent, comme c’est le cas de Hârşova.

            Les fouilles archéologiques ont fait sortir des traces matériales qui mettent en lumière une cohabitation continue de communautés humaines qui commence au paléolithique supérieur. Le mieux représentées sont les cultures néolithiques qui se déroulent d’une manière presque didactique dans les couches du Tell de Hârşova et qui représente l’un des plus importants centres archéologiques spécifique pour cette période, non seulement en Dobrogea, mais aussi dans le pays.

           Quoique moins bien représentées, les cultures matériales appartenant aux époques des métaux sont présentes dans le périmètre de la ville par quelques vestiges archéologiques (des outils, des armes, des tombes), suffisants pour soutenir l’hypothèse d’une continuité dans ce foyer. Les créateurs de ces cultures sont les Géto-Daces, les ancêtres directs du peuple roumain, une des plus puissantes forces politico-militaires de l’ancien monde.

            La fondation des cités grecques sur le bord ouest du Pontus Euxim allait influencer positivement le développement économico-social des Gètes de Dobrogea par le contact permanent qui a facilité des échanges matériaux et culturaux entre la civilisation helléniques – la plus développée à l’époque – et celle gétiques en plein processus d’affirmation.

            Pour Hârşova, la période gréco-hellénique est représentée par l’existence de la cité de Histria qui facilitait la diffusion des produits grecs dans les pays gétiques de la gauche du Danube.

            La conquête de Dobrogea par les Romains allait conférer de nouvelles dimensions à ces endroits. Avec leur esprit pratique, les Romains se sont rendu compte du début de l’importance stratégique de ces endroits et, pendant l’époque de Traianus ou même avant, on a construit, sur la place de l’ancienne cité gétique,  une cité fortifiée en pierre et brique, connue sous le nom de Carsium – de nos jours la ville de Hârşova.

Dans la ville de Hârşova existe:

le Lycée Théorique “Ioan Cotovu” à profil théorique avec une filière technologique, avec un nombre de 1.140 élèves, qui comprend aussi une Ecole générale, avec un total de 538 élèves;

le Groupe Scolaire Agricole à profil professional par métiers (agricol, économique, électromécanique, préparation pour l’industrie de la viande, installation), avec un nombre de 274 élèves;

l’Ecole Générale no. 2 (les premières 8 années d’enseignement), avec un nombre de 538 élèves, et pour les premières 4 années d’enseignement, à Vadu-Oii, avec un total de 23 élèves;

  • l’Ecole Maternelle au programme normal avec un nombre de 220 enfants;

  • l’Ecole Maternelle au programme prolongé avec un nombre de 109 enfants;

  • l’Ecole Maternelle au programme normal Vadu-Oii avec un nombre de 14 enfants;

  • l’Hôpital Territorial Hârşova;

  • le Réseau des médecins de famille (4 médecins);

  • la Crêche avec une capacité de 50 places;

  • la Maison de la Culture;

  • le Club des élèves;

  • la Bibliothèque de la ville;

  • l’Archidiocèse et les 2 églises orthodoxes;

  • l’Association sportive Carsium – équipe de football;

  • l’Association sportive TAE  KEON – équipe de TAE  KWANDO.

Le profil économique de la ville a était et l’est encore agro-industriel.

            Jusqu’en 1989, plus de 25% de la population apte pour travail développait son activité dans des unités agricoles de la ville (l’ex-I.A.S., C.A.P., l’Association maraîchère et S.M.A.).

            Après 1989, la population occupée dans cette activité s’est réduite visiblement, en 1996 étant 275 salariés et à la fin de 2000, 132 salariés.

A la fin de 2000, la structure des agents économiques de notre ville se présente ainsi:

  • 7 à activité industrielle;

  • 11 à activité agricole;

  • 5 à activité de constructions;

  • 16 à activité de transports et télécommunications;

  • 54 à activité de prestations de services;

  • 129 à activité de commerce;

  • 17 à d’autres activités.

    L’agriculture

    La ville de Hârşova dispose d’une superficie agricole de 7.445 ha terrain dont 2976 ha se trouve dans la zone avec des aménagements pour irrigation. La production de céréales a baissé d’un an à l’autre, pour les effectifs d’animaux c’est la même situation.

                Les terrains agricoles appartient aux catégories II, III et IV de fertilité. Dans le territoire fonctionnent les Sociétés Agricoles “Vezoot” (482,5 ha en affermage), “Air Adria” (3.262 ha en concession), “Agzo” (65,15ha) et S.C. Agromec S.A. (208 ha en affermage) qui exécutent aussi des services agricoles.

                De la superficie agricole de 7.445 ha, 6.600,49 ha sont des terrains arables (88,65%), 3 ha vergers (0,04%), 49 ha vignes (0,66%), 139,77 ha pâturage naturel (1,88%) et 652,74 pâturage arable (8,77%).

                On constate annuellement que les effectifs d’animaux des ménages de la population de la ville sont en baisse, les principales espèces étant les bovins, les porcins et les ovins. De même, une baisse substantielle on constate aux effectifs de la race chevaline, qui sont utilisés au labour par les propriétaires de terrains agricoles.

                Dans le secteur sylvicole on a actionné annuellement pour l’exploitation des forêts mûres, simultanément avec les boisements. Ainsi, dans les dernières 4 années, on a exploité une superficie de 533 ha et on a boisé 207 ha.

    L’industrie

    L’activité industrielle se déroule dans un nombre réduit d’agents économiques qui ont une fluctuation continue d’engagés.

                Les unités industrielles à capital d’Etat, au passage de l’économie planifiée à celle de marché, se sont confrontées avec une série de difficultés (l’assurance des matières premières, la liquidation de la production etc.), ce qui a conduit à une réduction sensible des activités industrielles et, par conséquent, au passage en chômage d’un nombre important de salariés.

    Le commerce et les services

    Le commerce et les services sont assurés sur  le territoire de la ville par plusieurs sociétés commerciales privées qui vendent une gamme variée de produits et exécutent des services vers la population.

                D’un nombre de 18 agents économiques de profil en 1992 on est arrivé à 35 en 1994, à 57 en 1998 et à 129 en 2000.

                A présent, il y a un nombre de 98 unités de vente où travaillent, comme salariés, 302 personnes. 84 personnes autorisées conformément au Décret-Loi no. 54/1990 travaillent en commerce. Parmi les services offerts à la population on mentionne: couture, cordonnerie, coiffure, dépannage radio-tv, peinture, vidange, menuiserie, services auto etc. La qualité des services prestés est beaucoup sous le niveau des standards actuels demandés par l’économie de marché, comparativement aux tarifs pratiqués.

    Les constructions

    Jusqu’en 1990, on a eu une activité de constructions intense soutenue par plusieurs unités spécialisées. Il  s’agissait de trois grands objectifs industriels: l’Entreprise de fils de fer et de câbles, le Chantier Naval et la Centrale Thermique de Zone. Ces objectifs auraient capté l’entier potentiel de force de travail de la  ville, et par l’achèvement du dernier objectif on aurait pu assurer le nécessaire d’énergie thermique pour toute la population.

                Parallèlement, on construisait un nombre important d’appartements, des fonds financiers de l’Etat, pour les salariés qui allaient travailler dans les objectifs ci-dessus mentionnés.

                Après 1990, on n’a plus bénéficié de fonds pour achever les objectifs en construction, et les chantiers de constructions ont été fermés ou ont été réorganisés, en restreignant leur activité.

    Les transports

    Les transports de la ville sont routiers et fluviaux.

                Les liens de la villes de Hârşova avec la résidence du département se réalise par la route DN 2A (E60), avec la ville de Tulcea par DN 22A et avec les communes limitrophes Ciobanu, Gârliciu, Ghindăreşti, Topalu, par des routes départementales asphaltées.

                Une autre voie de transport vers Cernavodă et Brăila est constituée par le Danube, mais le transport de passagers en bateau a été suspendu même avant 1989.

                Le transport de marchandises et de passagers est réalisé principalement par des sociétés de transport de Hârşova, Medgidia, Constanţa, Tulcea et Brăila.

    Il y a les suivants tracés de autobus:

  • Hârşova – Crucea – Constanţa (1 heure et 15 minutes);

  • Hârşova – Cernavodă – Medgidia (1 heure);

  • Hârşova – Ciobanu;

  • Hârşova – Gârliciu;

  • Brăila – Hârşova – Constanţa;

  • Tulcea- Hârşova – Slobozia – Bucureşti (le seul lien direct avec la capitale, où l’on peut arriver le plus rapidement en 3 heures);

  • Mangalia – Constanţa – Hârşova – Slobozia.

                Les plus proches voies ferrées sont: pour personnes à une distance de 50 km dans la localité Nicolae Bălcescu (le département de Constanţa) et à 35 km dans la localité Ţăndărei (le département de Ialomiţa), et de marchandises à une distance de 20 km dans la localité Gura Ialomiţei (le département de Ialomiţa).

L’ANALYSE S.V.O.T.

  • Le potentiel économique, culturel et touristique;

  • La tendance de se faire remarquer du secteur privé;

  • L’appui législatif local;

  • Autorités administratives ouvertes à la collaboration;

  • L’appui de la part des partenaires sociaux;

  • La localisation de la ville sur le cours du Danube et sur la route E60 (DN 2A).

        Ayant en vue que « Le programme de développement socio-économique » de la ville Hârşova est un partenariat public-privé entre l’autorité publique, les agents économiques, le milieu des affaires et les citoyens, pour atteindre les résultats estimés, il est nécessaire que son application soit réalisée en commun.

      C’est pourquoi que l’administration publique de la ville invite tous les partenaires à concevoir des projets et des programmes qui mènent à la réalisation des objectifs proposés. À partir les objectifs établis dans « Le programme de développement socio-économique », pour obtenir les résultats estimés, on a besoin de l’implication de l’autorité de l’administration centrale, départementale et locale, outre la participation de divers partenaires. Chacun d’eux doit appuyer le présent programme par des moyens et des méthodes dont ces autorités disposent conformément aux lois en vigueur.

         Le but de ce programme de développement socio-économique, appliqué à la ville de Hârşova, est «L’accroissement du bien-être de l’entière communauté locale».

            Pour cela on a besoin de :

  • une économie locale diversifiée, dynamique et efficace ;

  • des postes de travail et des salaires décentes pour toute la population active ;

  • la stabilité politique et la bienveillance de la part de l’autorité locale ;

  • l’encouragement de l’initiative et l’accroissement de la liberté de choix dans tous les domaines ;

  • des conditions favorables à la vie humaine et des services de bonne qualité : des habitations, assistance médicale, un climat social équilibré, des possibilités pour des activités éducationnelles, culturelles, sportives, récréatives, religieuses et une bonne qualité de l’environnement.

 

 

© 2007 Primaria orasului HARSOVA, jud. Constanta. Toate drepturile rezervate.

| Recomandat 1024/768 px, min. IE6 + flash - producator - PULS MEDIA COM |